biographie

Magali Angot est née en 1982 à Ollioules.
Très jeune, elle s’initie à la peinture dans un atelier d’art pour enfant à Toulon.
Après 3 ans d’études aux Beaux Arts de Toulon, elle entre dans la vie active.
Ce n’est que bien plus tard, à la naissance de sa deuxième fille, qu’elle reprend ses crayons et obtient son BTS en communication visuelle, en tant que candidat libre.

En 2014, elle lance son activité de graphisme parallèlement à son emploi (emploi qu'elle quittera en 2017).

En 2019, son voyage en Amérique latine à la rencontre des chamans d’Amazonie, éveille en elle un besoin de reconnexion à la nature; à sa nature de femme ainsi qu’à sa créativité. Par la suite, elle s’intéressera au concept d’eco féminisme.

C’est ce que représente son travail d’aujourd’hui : une quête de la femme originelle, celle qui «court avec les loups» (Femmes qui courent avec les loups, Clarissa Pinkola Estès) La femme qui vit en harmonie avec la nature, une femme libérée des codes de nos sociétés actuelles, forte et indépendante. Les chamanes, les guérisseuses, ou celles que l’on a qualifiées de «sorcières» au moyen-âge, font parties de ces femmes qui avaient compris le caractère sacré de la vie dans son ensemble, et qui la respectaient.

Chacun des portraits de Magali Angot représente une part de cette femme originelle recherchée, une part qui existe probablement en chacune .

Elle s’amuse à créer un personnage autour des modèles qu’elle choisit. Comme Viviane, clin d’oeil à la Dame du Lac des légendes arthuriennes, ou Aila, femme chamane de la préhistoire dans le roman Les enfants de la terre de Jean M. Auel.

Elle accorde une attention particulière au regard dans tout ses portraits afin de leur donner une présence forte, ou parfois même, sa propre émotion du moment.
La couleur occupe également une place importante dans son travail, plus intuitive. Une manière pour elle de laisser s’exprimer l’âme du personnage représenté.